Rechercher sur le site

Imprimer 2014_05_29_ukraineassises.pdf Mai 2014
Ukraine / U.E.: Deux déclarations communes des organisations participant aux Assises du Communisme

Liste des signataires: 

  • Rassemblement des cercles communistes (CHB, CC59-62, CCA, CCRP, Rouges Vifs 13)

  • Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

  • Rouges Vifs Ile de France

  • Action Communiste

  • Réseau Faire Vivre le PCF

  • Collectif Communiste Polex

  • Gauche Communiste


Les propagandistes de Droite ou Socialistes répètent à tout instant que l’Union européenne garantit la paix et la démocratie : le drame ukrainien démontre au contraire qu’elle favorise la renaissance de l’extrême droite fasciste en Europe, et les dangers de guerre.

  1. En tant que communistes fidèles à leur idéal de fraternité et d’égalité entre les peuples, nous sommes indignés par la désinformation organisée par les médias français, publics et privés, sur les événement d’Ukraine. Ils se font les porte-paroles exclusifs d’une version dictée par les dirigeants de l’OTAN, de l’UE et des dirigeants de Washington, toujours favorables aux putschistes pro-occidentaux de Kiev. Ils cachent ce qui leur est défavorable, y compris des faits pourtant reconnus par la presse internationale:ainsi le massacre à Odessa de manifestants par des miliciens d’extrême droite, et la présence à Kiev de « conseillers » de la CIA organisant la répression en Ukraine orientale. Ils ressassent un discours anti-russe aussi xénophobe et irrationnel que l’anti-soviétisme de jadis.

  2. Utilisant les difficultés économiques et sociales subies par le peuple ukrainien et répandant l’illusion que le rapprochement avec l’Union européenne permettrait de les résoudre, la droite et les fascistes d’Ukraine ont installé à Kiev un « gouvernement » grâce à coup d’ état armé. Il est formé de « ministres » des partis de droite « libéraux » et de partis néo-nazis. Le plus important de ces derniers, Svoboda, revendique ouvertement l’héritage des Ukrainiens qui ont combattu sous l’uniforme de la SS nazie contre l’armée rouge en 1944. Un autre groupe fasciste, Pravy Sektor, qui fut le plus actif dans le putsch de Kiev, prône l’élimination physique des Communistes et des Juifs. Il est l’organisateur des groupes armés qui sont allés début mai massacrer plusieurs dizaines de personnes dans la Maison des Syndicats d’Odessa avant d’y mettre le feu. Ces crimes commis en Ukraine orientale sont la signature du fascisme qui participe au pouvoir de fait à Kiev, cette fois-ci avec l’assentiment des USA et de l’Union européenne.

  3. Depuis le début, l’ingérence inacceptable de l’impérialisme occidental, au service des milices de Kiev, alimente la crise : responsables états-uniens, allemands, « européens », de l’OTAN, du Fonds Monétaire International, tous expriment leur soutien politique et matériel. Les dirigeants français Hollande et Fabius, persistant à jouer les « Messieurs Plus » de l’impérialisme occidental, sont allés faire des discours provoquant la Russie jusque dans le Caucase, et ont envoyé des « Rafales » en Pologne pour y « protéger » la frontière d’une menace imaginaire.

  4. Le 13/12/2012,le parlement européen qualifiait encore l’extrême droite ukrainienne « d’antisémite, xénophobe et infréquentable ». Aujourd’hui elle est soutenue par tous les dirigeants de l’impérialisme occidental. C’est la traduction du plan d’encerclement militaire de la Russie élaboré aux USA par Brezinski il y a déjà 20 ans : les putschistes de Kiev projetaient de livrer à l’OTAN les bases militaires russes de la Crimée. Certains groupes armés qui sont allés depuis Kiev mitrailler les manifestants russophones des villes industrielles de l’est du pays cherchent en fait de provoquer une intervention militaire russe, pour justifier une riposte armée occidentale. Ce scénario peut aboutir à une guerre nucléaire. La menace de dérive guerrière ne sera définitivement levée que par une solution négociée et pacifique entre les seuls Ukrainiens, le désarmement des groupes armés prévu par l’accord de Genève, que les Docteurs Folamour de Kiev ont réduit à néant, et par la fin de l’ingérence occidentale en Ukraine. Les évènements d’Ukraine nous amènent à exiger plus que jamais que la France sorte de l’OTAN, et de l’Alliance atlantique et de l’UE, machines de guerre au service d’autres intérêts que ceux du peuple français et des autres peuples d’Europe.

Nous affirmons notre solidarité avec les antifascistes et les communistes d’Ukraine, qui résistent  vigoureusement en manifestant contre l’extrême droite néo-nazie ressuscitée par les impérialismes américain et européen, à Kiev comme à Donetsk ou Odessa souvent au péril de leur vie. C’est grâce à eux que le pire a été évité jusqu’ici, n’a pas eu lieu, et qu’une issue pacifique et antifasciste pourra être trouvée à la crise ukrainienne.

L’ U.E. DU CAPITAL NE S’AMENDE PAS, ELLE SE COMBAT !

Souvenons-nous : lors du vote sur le funeste Traité de Maastricht (1992), Chirac et Mitterrand, la droite et le PS rabattaient ensemble pour le Oui. Ensemble, ils assuraient qu’avec la mise en place de l’U.E. et de l’euro, une ère de progrès social, de prospérité économique, de démocratie, de paix et de respect des peuples s’ouvrirait en France et en Europe.

A l’époque, le P.C.F. – dont les dirigeants n’avaient pas encore pris leur virage « euro-constructif » – avait avec raison appelé à voter Non. La C.G.T., et le P.C.F. démontraient que l’U.E. du capital n’apporterait que la concurrence déchaînée entre les peuples, la fin des souverainetés nationales et la mort des conquêtes sociales et démocratiques..

Aujourd’hui les peuples d’Europe, et spécialement la classe ouvrière et le monde du travail, tirent le bilan amer de leur expérience :

L’euro, c’est l’effondrement du pouvoir d’achat populaire, c’est la concurrence entre les travailleurs dans chaque pays comme entre les pays, c’est la guerre économique contre les coopérations mutuellement avantageuses, c’est aussi l’austérité sans fin pour la Sécu, les retraites et les services publics, c’est la mise en tutelle du budget de la Nation par la Commission de Bruxelles et par la Banque de Francfort.

L’ UE, c’est la récession, les délocalisations, les privatisations, le chômage de masse, la précarité, le moins-disant social et salarial imposé aux travailleurs de tout le continent. Et pendant ce temps, les milliardaires et les banquiers remplissent les paradis fiscaux des milliards prélevés sur le travail. En France, l’U.E. c’est le Pacte Valls-MEDEF, avec 50 milliards pris aux revenus du travail et aux services publics pour les donner aux banques et au MEDEF.

L’ UE, c’est la dictature de la finance, et c’est le viol des référendums – notamment du Non émis par le peuple français contre la constitution européenne, revenue sous la forme aggravée du Traité de Lisbonne et du Traité de gouvernance budgétaire exigé par Berlin. Pire, l’U.E. favorise la montée de l’extrême droite fasciste; à l’est, c’est la répression anticommuniste et le soutien scandaleux aux fascistes : on le voit en Ukraine où le gouvernement Hollande et l’UE appuient les nazis des partis Svoboda et Pravi Sektor qui ont pris le pouvoir à Kiev à l’issue d’un putsch favorisé par la CIA.

L’ UE, c’est le viol permanent des nations souveraines ; c’est la tutelle de fer sur la Grèce, le Portugal, l’Espagne et l’Italie. C’est l’éclatement des Etats constitués, Belgique, Espagne, Italie, et prochainement, France avec l’engagement de Hollande de supprimer les départements au profit de dix grandes régions, sur le modèle des Länder. Que restera-t-il de la République française une et indivisible héritée de la Révolution française dans ce territoire où la loi et les acquis sociaux varieront d’un territoire à l’autre au seul bénéfice du grand patronat ?

Non l’UE, ce n’est pas l’ouverture sur le monde dans sa diversité. En fait, l’UE est soumise aux U.S.A. et au bloc agressif de l’OTAN. Au service des sociétés transnationales, l’UE atlantique est une source permanente d’agression : elle appuie des djihadistes en Syrie et s’ingère de cent façons en Afrique, au mépris du droit des peuples à décider de leur avenir. A ce propos notre impérialisme Français se révèle comme un des principaux fauteurs de guerre au profit des actionnaires de Total, Areva, etc..

Et les choses s’aggravent : secrètement et sans mandat du peuple, l’UE et Hollande ont lancé les négociations pour instaurer, sous la tutelle des U.S.A. un Pacte transatlantique qui porterait le coup de grâce aux productions industrielles nationales, aux cultures et aux langues nationales d’Europe, y compris le français, au profit d’une américanisation pire encore que celle que nous subissons déjà.

Dans ces conditions, opposons-nous sans concession au PS et à l’UMP, qui sous le masque de l’alternance, sont les deux piliers de la casse européenne de la France et des acquis sociaux et démocratiques.

Dénonçons le « rassemblement bleu marine » qui en bon serviteur des intérêts de classe bourgeois, dévoie l’attachement légitime du peuple français à sa souveraineté violée vers la xénophobie pour diviser les travailleurs et épargner le capital.

Refusons le mensonge de l’Europe sociale qui dissimule la nature de classe réactionnaire de l’ U.E. du capital.Non l’ U.E., non l’euro, non l’ O.T.A.N. ne se « réorientent » pas de l’intérieur. On n’amende pas une dictature supranationale, fascisante, anticommuniste, belliqueuse, qui mène une guerre sociale contre ses propres travailleurs et qui prépare la guerre contre la Russie, contre les peuples du Proche-Orient et la Chine! !

C’est pourquoi, dans l’esprit des Assises du communisme tenues en juin 2013, nous appelons les travailleurs des entreprises et des quartiers populaires, et plus généralement tous les citoyens attachés à l’idéal d’une République sociale, souveraine et fraternelle à

  • Refuser le Pacte d’austérité Merkel-Valls-MEDEF, faire grandir l’action et l’opposition populaire contre Hollande et la droite !

  •  Sortir la France des broyeurs mortels que sont L’EURO, l’UE, l’ OT.A.N.. et le capitalisme fauteur decrises, de guerre, de fascisme et d’injustices.

  • Rejeter le piège mortifère des mensonges médiatiques qui présentent la démagogie de l’extrême droite comme une opposition à l’euro et à l’UE !

  • Agir avec les communistes franchement opposés à l’euro, l’ U.E. et l’OTAN pour faire renaître en France la lutte de classe pour la transformation révolutionnaire de la société !

Partout, les militants communistes que nous sommes s’engagent à aider par leur unité d’action les travailleurs et la jeunesse populaire à construire la résistance !



Haut de page


RCC, 2017 | http://www.rassemblementcommuniste.fr | rcc@rassemblementcommuniste.fr