Rechercher sur le site

Imprimer Fév 2013
Assassinat de Chokri Belaïd: Le FMI et les intégristes d'Enahda sont responsables et coupables!

Communiqué commun du RCC (Rassemblement des Cercles Communistes) et de Fernent/MTP-S (Mouvement des Travailleurs Panafricains du Sénégal)

Chokri Belaid, secrétaire général du Parti des Patriotes Démocrates Unifié et dirigeant du Front Populaire de Tunisie, a été lâchement assassiné par plusieurs balles.

Ce crime odieux intervient dans un contexte de multiplication des agressions contre l’opposition, le mouvement syndical et de manière générale contre tout mouvement de contestation populaire. Ces violences sont l’œuvre de milices agissant en toute impunité et donc avec une complicité évidente du gouvernement du parti Enahdha.

Ce meurtre survient dans un contexte de bras de fer entre d’une part les forces syndicales, les mouvements sociaux populaires soutenus par le Front Populaire qui regroupe les partis de gauche depuis la révolution inachevée en Tunisie du 17 décembre 2010 et d’autre part le gouvernement islamiste des frères musulmans et le FMI qui lui dicte une politique d’austérité libérale fondée sur la privatisation de l’économie nationale.

En Tunisie tout comme en Egypte, les révoltes populaires qui ont dégagé les dictateurs pantins des impérialistes occidentaux que sont Ben Ali et Moubarak sont à l’origine des mouvements sociaux anti-libéraux et anti-impérialistes que la propagande impérialiste a réduit à leur seule dimension démocratique.

Les intégristes islamistes politiquement organisés, qui n’avaient aucune implication dans ces luttes, ont été ramenés par les impérialistes pour dévoyer ces luttes en occultant leurs dimensions sociales pour en faire de simples luttes contre les dictatures laïques qui ont servi les intérêts de la domination et l’exploitation des multinationales impérialistes jusqu’à leur chute.

Les prétendues « révolutions des réseaux sociaux grâce à Internet » ont été dans un premier temps manipulées par l’impérialisme US en particulier et leurs alliés politiques organisés que sont les frères musulmans, et les salafistes wahhabites.

Une des leçons majeures de ce « printemps arabe » est justement que plus que jamais les travailleurs, les forces sociales progressistes (jeunes, femmes) ont BESOIN DE L’ORGANISATION D’AVANT-GARDE qu’est le PARTI DE CLASSE pour empêcher que la révolution ne soit dévoyée de ses objectifs véritables de progrès social et démocratique.

Parallèlement l’alliance des barbares en costume cravate (Obama/Bush, Sarkozy/Hollande, Cameron/Blair et des fascistes enturbannés d’Arabie Saoudite, du Qatar, du Koweït et des Emirats va lancer les agressions militaires coloniales en Libye, en Syrie et au Mali précédées de la guerre coloniale de la Françafric en Côte d’Ivoire.

Dans un second temps, et plus vite qu’attendu par les impérialistes et les classes sociales bourgeoises et féodales, les forces sociales populaires, celles du monde du travail, après avoir été temporairement dupées par la voie électorale instrumentalisée par l’islamisme politique, ont repris le chemin de la lutte en renouant avec les raisons profondes du sacrifice protestataire du jeune BOUAZIZI : la misère sociale imposée par les diktats libéraux et spoliateurs du FMI, de la Banque Mondiale et de la domination impérialiste.

C’est cela le nouveau contexte de l’évolution en cours du processus révolutionnaire en Tunisie, en Egypte et même en Libye où les premières manifestations sociales viennent d’éclater, et dans lesquelles les masses populaires font de plus en plus état des acquis sociaux et sécuritaires perdus depuis l’assassinat de Kadhafi.

Le FMI en demandant une « rencontre privée » avec le Front Populaire Tunisien dont le président était Chokri Belaïd secrétaire général du Parti Unifié des Patriotes Démocrates et le vice président est Hamma Hamami, secrétaire général du Parti des Travailleurs de Tunisie (ex-PCOT) signe en fait le lâche acte terroriste qu’est l’assassinat perpétré contre la gauche antilibérale et anti-impérialiste Tunisienne.

Le terrorisme criminel est ici le passage à l’acte pour interdire que le peuple tunisien de poursuive le chemin vers la réalisation des exigences ainsi formulées par le Front Populaire : « Le Front Populaire saisit cette occasion pour exiger du gouvernement de la Troïka de cesser toute collaboration avec le FMI qui porte atteinte aux intérêts vitaux du peuple tunisien. Qu’il mette fin aux négociations secrètes avec le FMI, la BM, la Commission Européenne ou bien toute autre autorité ayant pour objet les intérêts nationaux du peuple tunisien. Enfin, le Front Populaire exige la suspension immédiate du remboursement de la dette, le gel des intérêts et la réalisation d’un audit de la dette tunisienne. Cet audit doit associer la société civile et permettre de comprendre les circonstances entourant la conclusion de ces prêts, leur utilisation, d’identifier les responsabilités et déterminer la part odieuse : celle qui doit être annulée sans conditions ».

Prenons bien la mesure de la signification révolutionnaire de l’affrontement entre les peuples Tunisien et Egyptien avec les pouvoirs islamistes réactionnaires libéraux pro-impérialistes que nous annonçait la propagande bourgeoise mondiale avec les « modèles turcs ou pakistanais». Les révolutions inachevées se poursuivent en posant concrètement les revendications sociales et démocratiques contre les diktats libéraux et la soumission à la domination impérialiste à travers les exigences du pain, du travail, la terre, les droits démocratiques citoyens et la souveraineté nationale.

C’est aussi pour cela que nous nous inclinons devant le don de soi suprême que représente l’acte de résistance de Chokri Belaîd et de tous ses compagnons les camarades du Front Populaire de Tunisie.

Chokri Belaîd ne sera pas le Ferhat Hachet de la seconde phase de libération nationale commencée en Tunisie en décembre 2010, son sang arrosera le printemps libérateur du peuple Tunisien, des peuples d’Afrique et du monde Arabe.


Haut de page


RCC, 2017 | http://www.rassemblementcommuniste.fr | rcc@rassemblementcommuniste.fr