Rechercher sur le site

Retourner à la liste Imprimer 2016_02_25_jls.pdf Fév 2016
Hommage du Cercle Barbusse au camarade Jean Luc Sallé (URCF)

C'est une terrible nouvelle que le décès brutal du camarade Jean-Luc Sallé - Ancien coordinateur national de la Coordination Communiste (1993-2003), Ancien Secrétaire Général de l'URCF (2003-2015), Secrétaire Général-adjoint du Parti révolutionnaire-COMMUNISTES- et ancien membre du CHB.

C'est le 15 juin 1993 que Jean-Luc Sallé signait son adhésion au CHB par une lettre dans laquelle il écrivait: "J'ai découvert vos publications à la fête du PTB, lors du 1er mai. J'exprime mon soutien et mon accord total avec les positions exprimées dans les brochures consacrées au 7éme congrès du Komintern et à la dissolution de l'Internationale Communiste (IC). Ensuite les échanges que nous avons eu le 8 mai à Lille m'ont confirmé qu'il existait un groupe véritablement Marxiste-Léniniste en France. J'ai donc décidé d'adhérer à votre cercle pour y militer activement".

Même si nos productions sont collectives et donc ne sont pas nommément signées, il est de notre devoir devant l'histoire de dire que Jean-Luc Sallé a été la cheville ouvrière principale des deux documents fondamentaux qui ont contribué à l'élaboration de notre ligne stratégique et tactique et à former les militants du RCC : "Qui a libéré l'Europe du fascisme, contre les falsifications historiques bourgeoises" en juin 1994 et "Histoire du Parti Communiste Français tome 1". Plusieurs centaines des ces ouvrages ont été diffusés dans le mouvement communiste.

La vérité historique est aussi que c'est le débat interne dans la Coordination Commmuniste (nationale alors) dont Jean-Luc Sallé était coordinateur de 1993 à 2003 qui a été source d'éloignement puis de séparation avec le CHB. Le désaccord portait sur la question de la scission qu'il fallait, selon nous, éviter entre les tendances A et B de la Coordination Communiste pour ne pas rééditer le scissionnisme historique qui a miné puis affaiblit le Mouvement Communiste International dans les années 60 et 70. Cette différence tactique est devenue par la suite une divergence stratégiqueavec l'exclusion du Comité du Nord de la Coordination Communiste et la fondation de l'URCF.

Il faut aussi préciser que nous avons toujours considéré l'URCF ainsi que Communistes comme partie intégrante de notre quête de reconstruction communiste. Nous lui avons fait savoir que notre position sur ce sujet n'a pas varié quand il nous a annoncé la naissance du Parti révolutionnaire-Communistes. En retour, disons le clairement, Jean-Luc Sallé nous a toujours fait comprendre qu'il en était de même à son niveau malgré nos chemins temporairement différents.

Au delà, il faut aussi préciser que Jean-Luc Sallé a été un des précurseurs de la lutte contre le réformisme montant dans le PCF dès les années 70 contre l'eurocommunisme, ce chauvisime européocentriste anti-soviétique et négateur de l'internationalisme, du piège social-démocratique du "programme commun" pour "plumer la volaille communiste", de l'abandon du centralisme démocratique et de la "mutation" social-démocrate de la direction du PCF dans le sillage de la trahison gorbachévienne qui a conduit l'URSS et le camp socialiste à la défaite en 89 et 91 et à la restauration du capitalisme.

C'est dans ce contexte où se posait la tâche de dire NON à la capitulation et à l'abandon du marxisme-léninisme que s'était constituée la Coordination Communiste en 1991 dont il fut avec d'autres le premier dirigeant.

Notre unité est restée totale sur la défense du bilan du Mouvement Communiste Internationale, de la première expérience du pouvoir prolétarien depuis la Commune qu'est l'URSS et le rôle dirigeant des Partis Communistes sections nationales de l'Internationale Communiste (l'IC) dans les luttes de libération nationale et les conquêtes sociales et démocratiques dans les pays impérialistes. Dans la lutte sur ces questions cruciales, Jean-Luc Sallé s'est révélé comme un dirigeant de premier plan avec des apports théoriques inscrits dans le marbre de ses écrits révolutionnaires. Il lègue donc à la jeune génération un héritage théorique anti-révisionniste d'une haute facture Marxistre-Léniniste.

La douleur est ici immense pour le CHB qui perd en Jean-Luc après Luc Dumey deux camarades qui ont participé à la fondation et au développement de la lutte pour la reconstruction du PCF né à Tours comme section française du Komintern.

Comme le dit le poète africain David Diop, Jean-Luc et Luc "ne sont pas morts, ils vivent et vivront" en inspirant la poursuite du combat pour que le Communisme vive.

Jean-Luc et Luc, reposez en paix, le drapeau que vous avez brandi reste dans de bonnes mains, vos continuateurs jusqu'à la victoire.

A Marie-Noëlle sa chère compagne et camarade, à sa famille, à son Parti révolutionnaire-Communistes et à tout le mouvement de la reconstruction communiste, nous tenons à apporter ce témoignage en présentant nos condoléances les plus attristées.



Retourner à la liste Haut de page


RCC, 2018 | http://www.rassemblementcommuniste.fr/chb | cerclebarbusse@gmail.com