Rechercher sur le site

Retourner à la liste Imprimer Aou 2015
Hommage à notre camarade et regretté Luc Dumey

Luc s’est éteint après un dernier combat contre la sale bête, la maladie, le cancer. Ce combat inégal il l’a mené avec le courage, la volonté et la détermination dont il n’a cessé de faire preuve durant sa courte vie, mais oh! combien remplie, de militant communiste au service de sa classe, le prolétariat et son peuple multicolore, multiculturel, multi-religieux, athée et laïc.

Luc malgré son jeune âge est à la fois le militant communiste historique et d’avenir qui incarne le combat contre la trahison et la collaboration de classe qui a conduit à la restauration du capitalisme en URSS, à la défaite du camp socialiste et à la « mutation » social-démocrate de la direction du PCF dans les années 89 et 91.

Période de choix forcé entre capitulation ou résistance, Luc fut de ceux des communistes qui choisirent de s’engager contre les renégats et l’esprit de soumission et de servilité au capitalisme temporairement triomphant en tenant haut levé le drapeau rouge du communisme révolutionnaire que beaucoup jetèrent à terre devant l’adversaire de classe.

Avec ses camarades du Cercle Henri Barbusse et de la Coordination Communiste/RCC, il engagea la lutte idéologique et politique pour entamer le travail d’explication des causes de la défaite, œuvrer à débusquer les causes de cette tragédie, le travail de bilan des résultats de la révolution bolchevique, de l’édification du socialisme en URSS, de la construction du camp socialiste, des luttes de libération nationale, des conquêtes sociales et démocratiques et des expériences révolutionnaires qu'impulsa la première brèche ouverte par le prolétariat révolutionnaire en octobre 1917 sous la conduite de Lénine, du Parti Bolchevik et de l’Internationale Communiste (Komintern).

Au sein de ce regroupement de différentes générations de communistes révolutionnaires, Luc représentait à coup sûr la jeunesse communiste d’alors à l’avant-garde de ce travail pour que l’avenir communiste de la France et de l’humanité soit préservé et se fraye une voie contre l’avalanche des mensonges et l’hystérie idéologique hégémonique présentant le capitalisme comme la « fin de l’histoire ».

Quand commencèrent en Amérique du sud à la fin des années 90, sur la base de la résistance héroïque de ce rescapé du camp socialiste qu’est Cuba, les premières fissures des murs idéologiques montés de toutes pièces par le capitalisme et ses thuriféraires libérés de la puissance de l’exemple vivant de son antithèse que fut le « socialisme réel », Luc et ses camarades poursuivirent avec toujours plus de vigueur leur lutte pour que vive dans les combats d’aujourd’hui la mémoire des prouesses des anciens, gage de la continuité historique de la Commune aux Soviets en passant par les révolutions nationales dirigées par les communistes en Chine, au Vietnam, en Corée, à Cuba, en Asie, en Amérique du Nord au Sud et en Afrique.

Quand se présenta le référendum contre le Traité Constitutionnel Européen (TCE), Luc et ses camarades Marxistes-Léninistes non seulement militèrent pour la formidable et historique victoire du NON, mais surtout comprirent que celle-ci créait de fait une césure entre d’une part les camps libéraux de la droite, des Verts Ecologistes au Parti Socialiste et d’autre part les antilibéraux qui vont apparaître plus tard lors de la présidentielle de 2012 sous l’appellation de Front de Gauche.

C’est pour avoir analysé que cette différenciation politique est consécutive de la différenciation sociale en cours au sein du mouvement ouvrier et populaire que Luc et ses camarades organisés dans la Coordination Communiste/RCC vont décider de s’engager dans le Front de Gauche avec l’objectif d’y lutter pour le faire évoluer et le transformer en Front Populaire Antifasciste pour la sortie de l’euro, de l’UE, de l’OTAN, étape vers le renversement de la dictature capitaliste.  

L’engagement communiste de Luc, c’est aussi l’action militante continue dans l’UNEF, puis dans son syndicat CGT, les luttes des Sans Papiers, la solidarité avec le peuple Palestinien, les luttes contre la négrophobie, l’arabophobie, la rromophobie, l’islamophobie, le racisme et le fascisme, les guerres impérialistes de l’Irak, l’Afghanistan, la Yougoslavie, le génocide françafricain au Rwanda, la Libye, la Syrie, l’Ukraine, etc. Luc incarnait l’internationalisme en acte.

La maladie vient de donner un coup d’arrêt prématuré à l’engagement de Luc dans cette longue marche pour débarrasser la France du capitalisme.

Luc aura le long de sa courte vie apporté une brique solide, créative, inventive à la reconstruction en cours du Parti Communiste dont la classe ouvrière et le peuple de France ont besoin pour que vive à jamais l’esprit, l’idéal et la praxis de la Commune et les Soviets ont symbolisé.

Luc sera à jamais dans nos cœurs et nos esprits dans la poursuite de ce travail qui sera l’œuvre de la génération actuelle et à venir dont il a été une préfiguration lors de son bref, trop bref, passage sur notre terre.

Adieu camarade, nous nous inclinons devant ta mémoire et celle de notre doyenne Suzanne décédée à 90 ans avec laquelle tu as partagé nos nobles idéaux et notre engagement commun.

Que son épouse notre camarade Fabienne et leurs enfants reçoivent nos condoléances et toute notre indéfectible affection.



Retourner à la liste Haut de page


RCC, 2018 | http://www.rassemblementcommuniste.fr/chb | cerclebarbusse@gmail.com