Rechercher sur le site

Retourner à la liste Imprimer 2017_03_08_revolutionrusse.pdf Mar 2017
8 mars: Il y a cent ans commençait la Révolution russe!

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes

Cette année est une année historique pour le mouvement ouvrier car nous célébrons les 100 ans de la glorieuse Révolution russe.
Alors pourquoi ce lien entre le 8 mars, journée internationale de la femme lancée à l’initiative de Clara Zetkin et de l’Internationale Socialiste et le début de la Révolution russe ?...Tout simplement, parce qu’en cette année terrible à la fois par sa résonnance historique mais aussi par les luttes terribles qui s’annoncent en cette période de régression sociale, il est bon de rappeler que la révolution démocratique qui va renverser le régime féodal et le pouvoir séculaire des Tsars a connu son tournant avec la 
manifestation des femmes le 8 mars 1917 réclamant d’abord du pain et le retour de leurs conjoints et fils partis au front. La répression sauvage de cette révolte pour que cesse le cauchemar quotidien de ces femmes, de ces mères va engendrer une radicalisation des masses ouvrières et populaires qui va balayer balayant d’abord le féodalisme tsariste réactionnaire et instaurer la cohabitation entre un double pouvoir : celui des Soviets et celui de la bourgeoisie. Le gouvernement bourgeois trahira les aspirations à la paix du peuple russe, ce qui débouchera sur un coup de balai d’une ampleur inégalée aboutissant au premier état socialiste dans le monde, l’URSS.
Le 8 mars naît d’un appel de la seconde conférence des femmes socialistes à Copenhague en 1910 : une journée des femmes doit se dérouler annuellement ! Au-delà des frontières nationales, il fallait lutter pour le droit de vote, pour le droit de protection des femmes et de leurs enfants et pour la libération de la femme de la double oppression dans le capitalisme. En effet en régime capitaliste, la femme est opprimée en tant qu’ouvrière travailleuse et en tant que femme et mère en raison l'instrumentalisation bourgeoise du patriarcat. Dès 1913 et 1914, des manifestations clandestines de femmes sont organisées en Russie. Elles sont organisées grâce au soutien des Bolcheviks à travers leur journal la Pravda et de militantes communistes comme Alexandra Kollontaï. Déjà la paix, dans le climat délétère qui précède le déclenchement de la première guerre mondiale est au cœur des revendications. En plein conflit mondial, à l'initiative des militantes de la seconde Internationale ouvrière est organisée le 8 mars 1915 à Oslo une manifestation contre la guerre, prélude à la conférence de Zimmerwald de 1915
La révolte des femmes le 8 mars 1917 revendiquant dans les rues le pain et la paix est une étape décisive dans le processus qui débouchera sur la Révolution d'Octobre.
En ce 8 mars 2017, un vibrant hommage doit être rendu à ces ouvrières du textile qui ont osé affronter la chape de plomb tsariste. Elles ont été au coeur d'un processus qui verra son aboutissement dans l’avènement du premier Etat construit par les travailleurs et pour les travailleurs dans le monde. Et la liberté des travailleurs ne peut être complète s’il subsiste la moindre once d’oppression dans la société : la libération des travailleurs de l’aliénation capitaliste s’est donc forcément accompagnée de la libération des femmes de leur oppression spécifique. Une attention particulière est apportée aux mères et à leurs enfants avec la création en 1918 d’un département pour la maternité et de l’enfance. L’égalité politique et sociale est reconnue par la Constitution. Droit de vote et d'éligibilité, mariage civil avec liberté pour les deux époux de choisir leur nom après le mariage, divorce express par consentement mutuel, droit à l'avortement, congé maternité, développement des structures collectives qui libèrent la femme de l'assignation à résidence (laveries et cuisines collectives). Le gouvernement bolchevique a été plus loin en termes d'émancipation des femmes qu'aucun gouvernement avant lui. Cela s’accompagnera d’une politique de formation spécifique des femmes afin qu’elles puissent prendre toute leur place à tous les échelons dans la construction d’un nouveau monde qui se libère de l’aliénation capitaliste. Pour la première fois, une femme, Alexandra KOLONTAÏ, devient membre d’un gouvernement, commissaire en charge des affaires sociales.
Déjà les 5 et 6 octobre 1789, c’est à l’initiative de femmes qui refusaient de subir la disette qu’une marche sur Versailles est organisée, contraignant le roi et sa famille à se réfugier au palais des Tuileries. La places des femmes dans la société fait qu’elles sont les premières confrontées à la misère, à la précarité qui nous submergent de plus en plus. Aujourd’hui, des enfants dorment à la rue, des familles n’ont pas de quoi assurer plus d’un repas par jour ! La faim revient. N’oublions pas, non plus, que la guerre gronde aujourd’hui encore du fait de la rapacité des vautours qui nous dirigent pour leurs seuls intérêts. Aucune lutte de progrès ne se fera sans participation des femmes : de Djamila Bouhired pendant la lutte de libération nationale en Algérie à Leïla Chahid figure de proue de la résistance palestinienne, ou la dirigeante du PCF Martha Desrumaux déportée à Ravensbruck, la communiste Emilienne Mopty qui organise la marche des femmes de mineurs pendant la seconde guerre mondiale ou encore l'immigrée Moldave communiste Olga Bancic résistante de MOI-FTP, ce ne sont que quelques noms pour rappeler la mémoire de toutes ces militantes des causes de progrès qui ont été d'un apport essentiel dans la lutte pour l'émancipation de la classe ouvrière et la libération nationale! Que nos dirigeants craignent la juste colère des femmes confrontées à la voracité des banquiers, des actionnaires qui nous jettent sans vergogne dans la pauvreté : 
ce 8 mars 1917 est là pour leur rappeler les foudres qu’ils encourent !

La lutte pour les droits des femmes est donc historiquement et fondamentalement indissociable de la lutte générale contre l'exploitation capitaliste, n'en déplaise à "la" candidate fasciste des prochaines élections présidentielles qui tente opportunément, comme d'autres, de s'en prévaloir pour légitimer son programme antisocial.


Retourner à la liste Haut de page


RCC, 2017 | http://www.rassemblementcommuniste.fr/cc5962 | coordcommuniste@numericable.fr