Rechercher sur le site

Retourner à la liste Imprimer 2015_09_05_rentreecoord.pdf Sept 2015
Après le coup d'Etat en Grèce, qui peut croire encore aux bienfaits de l'UE?

Déclaration de rentrée, diffusée à notre stand à l'occasion de la Braderie de Lille

Comme tous les ans, la Coordination Communiste sera bien sûr présente pendant ces deux jours de Braderie de Lille, samedi et dimanche. Légère évolution  toutefois pour notre emplacement : tout en restant dans le secteur de la Porte de Paris où la Mairie nous a placé l’an passé, notre stand est placé en face, dans une petite rue à l’angle de la place, au niveau de l’espace vert près du Parking situé devant l’Hôtel de Ville (rue de Rocroy exactement, voir le plan). Nous aurons comme voisins nos camarades de l’Association France-Cuba Lille-Métropole. Vous pourrez nous y retrouver, avec notre librairie politique, une déclaration politique de rentrée, ainsi qu’une animation surprise contre l’Euro-austérité et l’Union Européenne.

Dimanche à  partir de 11h30, nous vous invitons à notre pot fraternel. Après une prise de parole, nous vous invitons à échanger autour d’un verre sur les combats à poursuivre ! Nous espérons vous y rencontrer nombreux. Salutations militantes!



Le soi-disant « accord » signé en Grèce début juillet - qui est en fait la signature par le gouvernement Tsipras d’un acte de capitulation le pistolet sur la tempe – a montré jusqu’où sont prêts à aller les maîtres de l’Europe (les impérialistes allemands, assistés par leurs seconds français) pour écraser tout début de volonté de résistance (exprimée par le Non grec au Référendum) et maintenir la domination des capitalistes les plus puissant et de leur instrument monétaire l’Euro.

Avec la violence de cette trahison par Syriza de l’espoir grec, cet été a été une sorte de démonstration pratique en faveur de l’orientation politique que nous sommes de plus en plus nombreux à défendre : la sortie pure et simple de l’Union Européenne, seule solution pour retrouver, dans un mouvement populaire organisé, conscient et puissant, un rapport de force favorable aux conquêtes (ou reconquêtes) sociales.

Nous avons maintenant l’habitude des rejets démocratiques massifs (Traité Constitutionnel Européen en France et au Danemark en 2005, référendum grec ce mois de juillet contre le mémorandum européen) suivis de passages en force des diktats européens. Il faut maintenant en tirer sérieusement les conséquences, car il ne sert à rien de découvrir le caractère dictatorial de cette « Union » Européenne, si nous ne trouvons pas les voies et moyens d’en sortir de toute urgence.

Attention au piège FN !

Le FN, parti fasciste en France, exprime de façon démagogique la question de la sortie en précisant cependant dans son programme que cette sortie doit être préalablement approuvée à l’unanimité par les autres « partenaires » de l’Union (qui peut imaginer sérieusement une telle configuration, surtout après l’épisode grec de juillet ?). A l’évidence, c’est une sorte de Syriza d’extrême droite, avec son lot de déceptions si opportunes pour le patronat, qui tente de détourner le peuple des vrais enjeux politiques de l’heure, sous l’œil bienveillant de la presse bourgeoise évidemment. Le FN exprime aussi les intérêts de secteurs de la bourgeoisie qui ont besoin d’un protectionnisme économique pour se développer contre des concurrents plus puissants et qui aspirent à un impérialisme français conquérant concurrent de l’impérialisme allemand. En aucun cas, il ne saurait constituer un allier, même conjoncturel dans le combat du peuple pour son émancipation.

Évolutions des positions au Front de Gauche contre l’européisme-béat

A la gauche du parti d’Hollande et Valls, au Front de Gauche en particulier, les débats sur la question de la vraie nature de l’UE commencent à s’ouvrir, les langues se délient, les bases militantes du PCF font pression pour tenter de stopper la malheureuse fuite en avant de leur direction qui continue coûte que coûte à soutenir Alexis Tsipras et les sociaux-démocrates soumis à la « troïka », ou s’illusionnant encore avec le mythe funeste de l’Europe Sociale. On voit Jean Luc Mélenchon ouvrir un grand débat sur la possibilité d’une sortie [« Clairement s’il faut choisir entre l’indépendance de la France et l’Euro, je choisis l’indépendance. S’il faut choisir entre l’Euro et la souveraineté nationale, je choisis la souveraineté nationale » (Jean Luc Mélenchon, JDD 23 août 2015). Rappelons que le même Mélenchon disait il y a quelques années « Prôner la sortie de l’Euro relève du maréchalisme » (Europe 1, 26 juin 2011)].

Certes la question de la sortie de l’Euro reste envisagée chez Mélenchon comme un « moyen de chantage », mais les choses bougent manifestement, et il est plus que temps.

Nous nous félicitons d’avoir contribué à ce qui est en train de se passer à gauche, avec d’autres camarades, même si du chemin reste à faire dans ce sens.

En mai dernier, le front des « Assises du Communisme » pour sortir de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme, (dans lequel, en tant que RCC, nous sommes partie prenante) manifestait en ce sens devant le parlement parjure à Paris, à l’occasion des dix ans du vote NON à la Constitution Européenne, ouragan démocratique de classe qui inaugura une lutte longue et difficile contre la blitzkrieg économique de l’UE.

Souveraineté populaire et perspective progressiste

On a depuis trop longtemps terrorisé les citoyens hostiles à l’Europe sous les invectives de « racistes », « nationalistes », « protectionnistes », « réactionnaires ». Mais cette litanie ne marche plus, tant il est évident que c’est par la défense de sa souveraineté nationale que Cuba ou le Vietnam par exemple desserrent l’étau de leur embargo économique, que le Vénézuéla ou le Brésil déjouent les tentatives de déstabilisation politique des USA, que la Bolivie baisse ce mois-ci de 80% les prix de l’Internet en nationalisant les télécommunications !

Allons donc jusqu’au bout pour retrouver cette souveraineté qui manque tant à une véritable alternative de gauche contre cette « austérité » imposée par le grand patronat avec tant d’arrogance ; desserrons l’étau dans nos têtes, puis dans le réel, contre ceux qui nous soumettent par la force à cet euro-chauvinisme occidental qu’est l’UE ! Aujourd’hui plus que jamais, il faut sortir de l’Euro, de l’Union Européenne, de l’OTAN… du capitalisme !

-----------------------------------------------------------------

« L’Europe sociale » qui promettait aux travailleurs un haut niveau de vie malgré la violence économique internationale, s’acharne à nous imposer des plans d’austérité et de régression sans égal sur la planète, baissant nos salaires, nos pensions, augmentant les impôts pour en reverser la plus grande part en subventions aux riches, précarisant nos systèmes de santé et d’éducation, la lame du chômage sous la gorge…

« L’Europe de la Paix », qui nous dit-on devait garantir nos droits démocratiques et nos libertés dans un monde hostile peuplé de dictatures totalitaires, nous précipite maintenant chaque année dans de nouvelles guerres du pétrole maquillées en guerres de religion. C’est une telle « Europe de la Paix » en alliance avec les USA complice du colonialisme Israélien qui soutient les fascistes de Kiev qui bombardent le Donbass et qui ces derniers mois refoule et laisse mourir hors de nos barbelés des milliers de réfugiés de guerre (appelés honteusement « migrants ») fuyant les villes que nous avons contribué à mettre à feu et à sang en Syrie, en Libye, en Irak et ailleurs…

« L’Europe des Lumières », cet îlot des Droits de l’Homme, ce phare de la « civilisation », ce rempart de la « démocratie », assujettit encore les peuples aux caprices du Reichstag, de la BCE et de la Commission Européenne (organismes non élus, rappelons-le, aux manettes de l’UE), construit maintenant des murs anti-roms ou « anti-migrants » un peu partout, instaure le contrôle au faciès et réduit les libertés dans le cadre très opportun de leur « lutte contre le terrorisme » (qu’ils financent par ailleurs via Daech !).

Face à la folie meurtrière de plus en plus insoutenable de Daech, cette métastase de nos « croisades » dans le Golfe, Hollande déclare ce mois-ci que « la solution passe par la neutralisation de Bachar el Assad », pendant que le régime turc, base avancée de l’OTAN, bombarde impunément les combattants kurdes anti-djihadistes à sa frontière, tout en trafiquant avec Daech sur les juteux marchés du pétrole et des trésors du patrimoine archéologique syrien et irakien ! Voilà ce qu’est l’Union Européenne, il faut ouvrir les yeux !



Retourner à la liste Haut de page


RCC, 2017 | http://www.rassemblementcommuniste.fr/cc5962 | coordcomm5962@rassemblementcommuniste.fr