Rechercher sur le site

Retourner à la liste Imprimer Jan 2015
Communiqué suite à l'attentat contre Charlie Hebdo

La Coordination Communiste 59/62 dénonce la barbarie qui a frappé le journal Charlie Hebdo ce mercredi 7 janvier. Elle présente toutes ses condoléances aux familles des victimes et à leurs proches.

Cet attentat a frappé de stupeur des centaines de milliers de nos concitoyens qui se sont rassemblés dès le premier soir dans de très nombreuses villes. Il plonge dans l’inquiétude les musulmans de France, et au-delà toutes les populations d’origine maghrébine qui, instruits par l’expérience, savent que  vont repartir de nouveau les amalgames et les stigmatisations.

Au-delà en effet des 12 victimes de ce carnage, nous pensons aux victimes « collatérales » : les musulmans, cibles privilégiées d’une islamophobie galopante dont un Zemmour ou un Houellebecq sont l’expression les plus récentes, et de façon générale tous les « arabes » vite désignés à la vindicte publique par cette frange raciste de la population française chauffée à blanc par le FN depuis 30 ans.

Sur le plan politique, le FN ne peut que tirer profit de cette situation : non seulement parce qu’il surfe sur ce climat réactionnaire de rejet du bouc-émissaire musulman « naturellement intégriste », mais parce que le climat d’« Union sacrée » va aujourd’hui jusqu’à intégrer le FN qui peut, lui aussi, proclamer que « il est Charlie ».

La Coordination Communiste met en garde contre les risques d’aggravation du mal que l’on veut combattre si la nécessaire et légitime expression de l’émotion et de la solidarité avec les victimes se mue en un vaste front républicain d’Union Sacrée au lieu de rechercher les causes profondes de ce drame afin d’éviter qu’il ne se reproduise.

Or rechercher les causes profondes, c’est nécessairement s’interroger sur le contexte de la montée de l’islamophobie, forme moderne de l’arabophobie, et ses conséquences.

A la lutte des classes, les idéologues du capitalisme voudraient substituer le « choc des civilisations », la soi-disant guerre des cultures. L’islamophobie est ainsi une arme pour la division des travailleurs.

Cette islamophobie est largement nourrie par un racisme d’Etat : depuis Peugeot dans les années 80 quand les grévistes étaient traités de « terroristes » en passant par l’interdiction de porter le voile dans les années 90. Parallèlement, la religion musulmane est présentée comme un frein à l’intégration de ses jeunes pratiquants et même l’explosion des banlieues de 2005, issue de la misère croissante qui y règne, est désormais présentée comme un problème culturel provoqué par les difficultés d’intégration des jeunes musulmans dans la société française.

Par cette stigmatisation, certains jeunes les plus fragiles sont ainsi, par réaction, offerts en pâture par le gouvernement aux extrémistes obscurantistes qui mènent le combat contre le PKK et Bachar El-Assad au Kurdistan et en Syrie.

Pourtant, l’impérialisme français n’est plus du tout regardant sur ces pseudos incompatibilités culturelles quand ces mêmes musulmans obscurantistes sont des dirigeants politiques bourrés de pétro dollars comme au Qatar ou en Arabie Saoudite. Le droit des femmes n’a pas le même poids en Iran et dans ces deux pays.

De même, le gouvernement français s’embarrassait de beaucoup moins de considérations éthiques sur les possibles incompatibilités avec les valeurs de la religion musulmane quand il s’agissait de faire la chasse aux dirigeants nationalistes d’Irak, de Libye, de Syrie en formant, en armant, en soutenant financièrement des groupes terroristes obscurantistes qui ne savent semer que le chaos et la mort. C’est tout de même la France officielle qui, la première, a reconnu en octobre 2011 le « Conseil National Syrien » à dominante intégriste.

L’Etat islamique (DAESH) à la frontière de la Turquie et de la Syrie est le dernier exemple médiatique. Le gouvernement français a beau jeu de dénoncer aujourd’hui ceux qu’il a contribué à nourrir pour déstabiliser le régime de Bachar El-Assad pas assez coopératif avec ses intérêts.

A l’inverse, quand en juillet 2014 on mourrait à Gaza sous les bombes et que des milliers de citoyens en France, très majoritairement de confession musulmane, voulaient exprimer leur colère, le gouvernement PS prenait la décision gravissime d’interdire une manifestation. Ce « deux poids deux mesures » dans la nécessaire compassion face aux victimes participe, aussi, d’une stigmatisation d’une partie de la population de ce pays.

La Coordination Communiste est attachée à la défense de la laïcité, fondement de notre République, mais d’une laïcité qui ne stigmatise pas les religions et en particulier la religion musulmane, religion de minorités opprimées en France.

La Coordination Communiste est également convaincue que le combat politique et social contre le capitalisme et pour une autre société plus juste, plus solidaire, implique une rupture nette avec le gouvernement PS, au risque sinon de servir de marche-pied au Front national.

L’union du peuple contre la barbarie terroriste ne signifie pas l’union sacrée politique.

La Coordination Communiste participe et continuera à participer aux hommages rendus aux victimes.



Retourner à la liste Haut de page


RCC, 2017 | http://www.rassemblementcommuniste.fr/cc5962 | coordcommuniste@numericable.fr