Rechercher sur le site

Retourner à la liste Imprimer Oct 2014
[ A LIRE ] "Notinmyname": C'est Hollande et Fabius qui doivent demander pardon! - de Sam Meegens

Samuel Meegens est un militant du Front de Résistance Populaire de Gauche (Tourcoing, Nord)

Il est absolument évident que l’immense majorité des Musulmans est horrifiée par les actes barbares perpétrés par Daech, en Syrie et en Irak, et par les fidèles du soi-disant « Etat » soi-disant « Islamique » ailleurs, comme en Algérie précisément.

Les Musulmans de France n’échappent pas à cette révulsion face à de tels actes barbares, et s’apprêtent à se rassembler pour rendre hommage à la mémoire de Hervé Gourdel et condamner ses assassins et l’utilisation perverse que ceux-ci font de leur religion. Cette mobilisation est tout à fait compréhensible et salutaire.

Mais dans le contexte français, avec l’appel au rassemblement « national » face au terrorisme, cette mobilisation pourrait fort bien être dévoyée. En effet, les Musulmans, depuis de longues années déjà stigmatisés, sont sommés de se distinguer de « leurs » fanatiques, et, en quelque sorte, de s’excuser d’être ce qu’ils sont. Et ce bien qu’étant radicalement différents des assassins qui prennent leur religion en otage.

Bien sûr, en tant que Musulman on peut s’interroger sur une apparente passivité de l’ensemble du monde islamique vis-à-vis des mercenaires égorgeurs. Mais c’est une question interne pourrait-on dire, et qui, de l’extérieur, ne tient pas compte de la réalité, diverse, des sociétés arabo-musulmanes.

La question française de l’islam et des musulmans introduit ce paradigme selon lequel le musulman, forcément suspect, devrait en « rajouter » pour se distinguer des barbares. C’est toute la question de cette absurdité répétée à l’envi de « l’islam à la française ». Dans ce contexte, la mobilisation musulmane autour de l’assassinat de Gourdel pourrait bien prendre une dimension « défensive », à savoir revêtir les habits de la repentance. Les musulmans de France seraient sommés de demander pardon, de faire preuve de leur allégeance à ce pays qui est pourtant le leur. Dès lors, leur mobilisation deviendrait un supplétif de « l’Unité Nationale » invoquée.

Pour échapper à ce piège, il faudrait que cette mobilisation devienne vraiment populaire, échappe aux « institutionnels » de l’islam et au catéchisme républicain, bref, devienne « offensive ». Bien sûr il s’agirait, il s’agira inch’Allah, de dénoncer les atrocités commises par Daech. Mais cela ne saurait suffire : il faudra aussi dire, une fois dit que l’islam n’a rien à voir avec les barbares de l’E.I., qu’il n’est pas acceptable même que la question soit posée, par ceux-là mêmes qui instrumentalisent la « question musulmane » depuis des années (UMP/PS et FN). L’amalgame entre l’islam et les psychopathes qui s’en réclament a été fait, et a pénétré profond dans l’inconscient collectif français. C’est aussi cela qu’il faut dénoncer.

Enfin, cette mobilisation des musulmans sera vraiment complète et efficace, pour eux, s’ils soulignent que ceux qu’ils sont sommés de condamner sont en fait les jouets, les alliés de l’impérialisme US. Et que cet impérialisme US est activement secondé par le gouvernement français actuel (comme par le précédent). Que c’est à Hollande, c’est à Fabius de demander pardon, et à l’ensemble des medias qui ont pris activement partie à la destruction programmée de pays souverains (la Libye et la Syrie), en utilisant le mensonge à grande échelle. C’est à BHL de demander pardon, et à Sarkozy. Mon voisin Mohamed lui, n’a rien à voir dans cette affaire.

Ils sont vraiment mal placés, ceux qui appellent à « l’unité nationale » autour de leur drapeau maculé de sang, qui soumettent tout un pays aux intérêts des Etats-Unis, qui soutiennent, financent et arment les mercenaires chargés d’abattre Assad, et qui, en parallèle, encouragent Israël à poursuivre le génocide des Palestiniens. C’est ce projet monstrueux de destruction et de guerre, visible aussi en Ukraine (où « notre » gouvernement soutient les nazis), c’est cela qu’il faut dénoncer avec force.

Dans ce vaste plan de déstabilisation mondiale, établi à seule fin de maintenir la domination du capitalisme occidental, le Moyen-Orient est « programmé » pour être émietté, fragmenté, divisé. C’est aussi bien sûr une question première pour la « sécurité » (comprendre : l’expansion) d’Israël. Aussi, les stratèges de l’impérialisme ont-ils décidé de nourrir des antagonismes à l’intérieur même du monde musulman, misant sur une guerre chiites/sunnites (entre autres confessions et cultures présentes au Moyen-Orient).

Ce plan, qui ne rencontre pas la résistance de la majeure partie des Etats de culture islamique (nos alliés saoudiens, qataris etc … nourrissent même abondamment ce projet avec leurs dollars et leurs relais de propagande wahhabite), met en danger immédiat les populations même de cette région du monde. Les premières victimes de cette guerre menée par l’Occident et ses alliés dans la région, ce sont les peuples eux-mêmes, majoritairement musulmans.

Ce plan comporte une condition qui est aussi conséquence : salir l’islam. « L’Etat Islamique », dont les origines sont à rechercher plutôt du côté de Washington que d’Alep, participe de ce noircissement de cette religion. Si les paumés idéalistes (venus souvent d’Europe) ou les voyous et criminels opportunistes qui forment les bataillons de l’E.I. sont insensibles à ces effets sur l’image de l’islam et aux conséquences pour les musulmans (après tout, ils en tuent tous les jours…), leurs chefs, en lien direct avec ceux qui les arment et les financent (l’Occident et ses alliés régionaux), savent très bien ce qu’ils font. Ils se mettent au service de l’impérialisme US et d’Israël (qui les soigne et bombarde de temps à autres les positions de l’armée syrienne).

Les musulmans ont donc toutes les bonnes raisons de s’opposer aux actes barbares de Daech. Mais cette question ne concerne pas que les musulmans. Tous les Français, quelle que soit leur confession ou leur absence de confession, et qui n’appartiennent pas aux sphères supérieures de la société, ont un intérêt immédiat à se serrer les coudes. Mais pas autour du gouvernement qui les y appelle. Ce serait se jeter dans les bras des responsables politiques de la mort de Hervé Gourdel.

Sam.

Le 25 septembre 2014



Retourner à la liste Haut de page


RCC, 2017 | http://www.rassemblementcommuniste.fr/cc5962 | coordcomm5962@rassemblementcommuniste.fr